Le journal "Le Figaro" interdit en Tunisie

Publié le par Chouan Bourguignon

http://www.cyberpresse.ca/article/20060920/CPACTUEL/60920121/1015/CPACTUEL

Le Figaro interdit en Tunisie pour offense à l'islam

AFP

Tunis

L'édition de mardi du quotidien français de centre-droit Le Figaro a été interdite en Tunisie pour avoir publié une tribune considérée comme «offensant» l'islam, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

La saisie du Figaro daté du 19 septembre et publiant une tribune intitulée «Face aux intimidations islamistes, que doit faire le monde libre?» a été annoncée par des journaux tunisiens et confirmée de source officielle.

Plusieurs quotidiens arabophones et le journal francophone La Presse ont indiqué, dans un bref article au texte identique, que le ministère de l'Intérieur avait, «en application de la loi», ordonné cette saisie en raison «du contenu préjudiciable et offensant pour le prophète, l'islam et les musulmans».

Habituellement disponible à Tunis en début de soirée du jour de sa parution en France, Le Figaro était introuvable en kiosque mercredi.

Cette interdiction est intervenue quelques jours avant, à la fin de cette semaine, le début du mois du ramadan. Cette période de jeûne, qui constitue l'un des cinq piliers de la religion musulmane, est trés observée par une large majorité des dix millions de Tunisiens.

Dans sa tribune publiée au sein d'une séquence «Débats, opinions» du Figaro, le philosophe et enseignant Robert Redeker dénonce «la tentative menée par (l')islam d'étouffer ce que l'occident de de plus précieux qui n'existe dans aucun pays musulman: la liberté de penser et de s'exprimer».

La réflexion de M. Redeker est intervenue après les vives réactions dans le monde arabo-musulman, notamment l'assassinat d'une religieuse italienne âgée de 70 ans en Somalie, à une déclaration, la semaine dernière en Allemagne, du pape Benoît XVI sur l'islam et la violence.

Le philosophe qualifie notamment le Coran de «livre d'inouïe violence» et le prophète Mahomet de «chef de guerre impitoyable».

Dressant un parallèle avec la guerre froide, il considère que, «comme jadis avec le communisme, l'Occident se trouve sous surveillance idéologique» et que «violence et intimidation sont les voies utilisées par une idéologie à vocation hégémonique, l'islam, pour poser sa chape de plomb sur le monde».

Dans l'unique réaction enregistrée en Tunisie aux propos de Benoît XVI, le Conseil supérieur islamique de la République tunisienne avait exprimé samedi dernier sa «profonde indignation» face aux «propos préjudiciables» du pape sur l'islam et souligné «la nécessité de redresser rapidement la situation».

Ce Conseil, instance religieuse suprême du pays, avait souligné que «la Tunisie a toujours oeuvré en vue de consacrer l'esprit de tolérance, le dialogue et le respect des symboles sacrés des peuples».

Les autorités tunisiennes, qui entretiennent d'excellentes relations avec le Saint Siège, assurent ainsi une complète liberté des cultes et une stricte protection des édifices religieux chrétiens et juifs tout en luttant énergiquement contre le terrorisme islamiste et les mouvements politiques radicaux se revendiquant de l'islam.

Sur la base d'une loi sur la protection de la religion, elles avaient fait saisir en février dernier le journal France-Soir qui avait reproduit des caricatures de Mahomet dont la publication originale dans un journal danois avait provoqué une flambée de protestations dans le monde arabo-musulman.

Publié dans chouanbourguignon

Commenter cet article