La liberté est mieux respectée dans les pays les plus chrétiens

Publié le par Chouan Bourguignon

R Demain, le Pape adressera ses voeux au corps diplomatique. Il abordera, sans aucun doute, la façon dont les chrétiens sont traités à travers le monde. Sur ce sujet, le Pew Forum on Religion & Public Life de Washington a réalisé une enquête sur 198 pays - manque la Corée du Nord, en raison de l’insurmontable pénurie de données - et couvrant deux ans, de la mi-2006 à la mi-2008. Le schéma ci-contre classe les 50 pays les plus peuplés du monde en fonction des restrictions à la liberté religieuse qui existent chacun d’eux : aussi bien celles qui sont imposées par les gouvernements, par ordre croissant de gauche à droite, que celles qui sont dues aux violences exercées par des personnes ou des groupes, par ordre croissant du bas vers le haut.

Sur le schéma, la taille des cercles est proportionnelle à la population de chaque pays. Parmi les pays où il y a le plus de restrictions à la liberté religieuse, comme on le voit, l'Inde et la Chine, ayant chacune une population bien au-dessus du milliard d’habitants, pèsent d’un poids écrasant. En y ajoutant les autres pays non libéraux à forte population, le résultat final est que 70% des 6,8 milliards d’habitants du globe vivent dans des pays où la liberté de religion est fortement ou très fortement limitée. Inversement, à peine 15 % de la population mondiale vivent dans des pays où les religions jouissent d’un niveau acceptable de liberté.

Les modalités selon lesquelles la liberté religieuse est entravée diffèrent d’un pays à l’autre. En Chine et au Vietnam, ce sont les gouvernements qui limitent fortement les manifestations de la foi. La situation est inverse au Nigeria et au Bangladesh, où les gouvernements optent pour la modération, alors que des actes de violence contre telle ou telle religion se produisent dans la société civile. En Inde aussi, l'hostilité est plus le fait de la société que des autorités, bien que celles-ci imposent aussi de sévères restrictions. Sur 198 pays, il n’y en a qu’un où les taux d’hostilité contre les religions "ennemies" soient très élevés en ce qui concerne à la fois le gouvernement et la population. C’est l'Arabie Saoudite. Le Pakistan, l’Indonésie, l’Egypte et l’Iran ont aussi des taux globalement très négatifs. La moitié des pays du monde interdisent ou limitent fortement l'activité missionnaire. Certains gouvernements soutiennent une seule religion (au Sri Lanka, au Myanmar et au Cambodge : le bouddhisme) et répriment toutes les autres. Dans certains pays, l'hostilité se manifeste entre fractions d’un même monde religieux.

Sur une carte du monde incluse dans le rapport, il saute aux yeux que les zones de plus grande liberté sont celles où le christianisme est le plus présent : l'Europe, les Amériques, l'Australie et l'Afrique subsaharienne. Mais même dans ces zones, il y a certaines restrictions. En Grèce, seuls les chrétiens orthodoxes, les juifs et les musulmans peuvent s’organiser et posséder des biens en tant que tels. Pas les chrétiens d’autres confessions. En Grande-Bretagne, une décision de justice a permis à une entreprise d’obliger ses employés chrétiens à cacher les symboles de leur foi sur leur lieu de travail, mais en laissant les membres d’autres religions libres de porter leurs symboles.

Commenter cet article