"Le Monde" a un accès de lucidité

Publié le par Chouan Bourguignon

En ouvrant  Le Monde 2 (supplément au Monde du 9 juin), intéressante surprise : sous la signature de l’anthropologue et reporter égypto-libanaise Nadia Khouri-Dagher, une enquête sur les intellectuels qui voudraient moderniser la pensée musulmane. Et, dans cette enquête, au moins deux idées non-conformistes.

 

>  La première concerne le texte coranique, et elle est exprimée par Rachid Benzine : « Le langage coranique, comme tous les langages religieux, utilise le mythe, la parabole et le symbole. Il faut appliquer au Coran les mêmes méthodes de lecture que les chrétiens ont appliquées à l’Evangile ».  Idée intéressante en ce qui concerne l’exégèse du Coran. Mais aussi, idée forte si on la replace dans le contexte des attaques médiatiques européennes contre le christianisme… Selon ces attaques, en effet, il y aurait deux  versions de la religion catholique : l’une bêtement « fondamentaliste »  donc dogmatique ; l’autre antidogmatique (et relativiste) parce qu’elle appliquerait à l’Evangile les « méthodes de lecture » modernes.  Or c’est le contraire de la réalité : comme le livre de Benoît XVI vient de le montrer, les méthodes de lecture modernes ne contredisent pas le dogme, et même le renforcent.  Les meilleurs interlocuteurs de l’islam ne sont donc pas les postchrétiens relativistes, mais les chrétiens croyants, dont la foi est aiguisée par l’acquis de la lecture moderne de l’Evangile.

 

>  La seconde idée non-conformiste que l’on trouve dans Le Monde 2 est celle-ci :  « Certains intellectuels aujourd’hui rappellent que la tradition de pensée libre [dans l’islam] remonte au philosophe andalou Ibn Rushd (Averroès, 1126-1198), qui, fervent d’Aristote et ouvert à la pensée rationnelle grecque, voulant concilier foi et pensée réflexive, fut accusé d’hérésie et contraint à l’exil. »  Ce qui révèle au lecteur deux choses que les historiens savent mais n’osent plus dire : a) l’Andalousie musulmane n’était pas le paradis de pluralisme et de tolérance  célébré  par  nos  journalistes ; b) l’islam a bien un problème avec la pensée rationnelle (comparé à la chrétienté médiévale, où l’aristotélisme de Thomas d’Aquin devint la philosophie de référence). Pour avoir exprimé cette idée à Ratisbonne, le pape fut hué. La même idée, imprimée dans Le Monde, va-t-elle indigner autant ?

 

http://plunkett.hautetfort.com/archive/2007/06/09/le-monde-a-un-acces-de-lucidite.html#more

Publié dans chouanbourguignon

Commenter cet article