Deux poids, deux mesures !

Publié le par Chouan Bourguignon

Alain Morvan paie sa trop grande liberté de ton et redevient professeur d'anglais à l'université.


LE RECTEUR de Lyon, Alain Morvan, a été démis de ses fonctions mercredi et paye ainsi sa trop grande liberté de ton. C'est Roland Debbash, actuel directeur de l'enseignement scolaire qui devrait le remplacer. Alain Morvan, lui, reprendra sa chaire de professeur d'anglais à l'université. Un camouflet pour cet homme qui aurait manqué à son obligation de réserve de haut fonctionnaire. « Même si les valeurs qu'il défend sont respectables, il n'aurait pas dû commenter des décisions de justice », indique-t-on dans l'entourage du ministre de l'Éducation.


Alain Morvan s'était récemment opposé à l'ouverture du lycée musulman al-Kindi dans la banlieue de Lyon, qui a fini par ouvrir début mars. Il avait publiquement qualifié les porteurs du projet d'« intégristes » et déclarait vouloir se battre « jusqu'au dernier souffle pour l'intérêt des enfants ». Il avait aussi indiqué avoir subi des pressions de la part du ministère de l'Intérieur pour s'être opposé à cette ouverture. En huit mois, il aura refusé trois dossiers, mettant notamment en cause des salles trop petites, des sanitaires hors norme, une « direction fictive » ou encore la présence d'une conduite de gaz à l'air libre. Autant d'arguments rejetés par la justice administrative et le Conseil supérieur de l'éducation.


« Lutte contre l'extrémisme »


En 2005, le recteur avait également pris une part active dans la suspension puis l'exclusion de Bruno Gollnisch, professeur d'université de langue et civilisation japonaise et numéro deux du Front national, de l'université de Lyon-III pour ses propos sur les chambres à gaz. Il avait indiqué que de telles personnes n'avaient pas leur place dans l'université française et devaient être « éradiquées », assumant l'attitude « partiale et sans nuance » qu'on lui prêtait alors.


La semaine dernière, des associations étudiantes ont envoyé une lettre au président de la République pour le défendre. « Aux yeux de tous, en pleine période électorale, il serait incompréhensible et choquant de mettre un terme aux fonctions d'un homme qui, à Lyon, a su incarner avec honneur et courage la lutte contre l'extrémisme et toutes les tentatives communautaristes de ceux qui, masqués ou non, s'évertuent à brader la République à la découpe. »

http://www.lefigaro.fr/france/20070321.FIG000000381_le_recteur_de_lyon_demis_de_ses_fonctions.html

Publié dans chouanbourguignon

Commenter cet article