Nous vivons l’éclipse du Bien

Publié le par Chouan Bourguignon

Source : http://lesalonbeige.blogs.com/

Dans un magnifique discours sur la vertu à l'académie française jeudi dernier, Pierre Nora a notamment affirmé cette vérité inquiétante :

"de nos jours, le Bien n’est plus saisissable que par son contraire, le Mal".

Et d'expliquer aussitôt :

Nora "Le Bien a comme disparu en tant que tel. Nous en avons perdu les références positives, les repères fixes, les sources et les définitions. À y réfléchir, il y avait, schématiquement parlant, trois sources de définitions du Bien : les enseignements de la religion, le sens de l’histoire, et la tradition humaniste [...]. Le XXe siècle a ruiné la notion de progrès avec la guerre de 14, installé l’image du Mal avec le nazisme et perverti l’image du Bien avec le communisme."

Et il en vient à dénoncer "le caractère légèrement suspect et, pour tout dire, hautement pervers du déchaînement «vertuiste» contemporain" :

"S’il fallait en chercher la racine, on la trouverait à coup sûr dans les gènes de la démocratie. [...] Mais le très louable désir des démocraties contemporaines [...] a fini par imposer l’idée que chaque être humain, quel qu’il soit, est non point seulement un égal, mais le même que tout autre humain. C’est ainsi que le culte de l’égalité [...] a abouti à voir dans l’abolition de toutes les différences la vocation de l’humanité.

[L]a notion même de «crime contre l’humanité» [...] est le signe et la marque de notre temps, la pointe extrême de sa conception de la vertu. [...] Mais avec la loi Gayssot, [...] la porte était ouverte à la pression revendicatrice de tous les groupes de victimes. [...] La voie est ouverte à toutes les dérives. À quand la criminalisation juridique des croisades ? Je ne plaisante pas, c’est une des propositions de loi,– il y en a ainsi une bonne douzaine –, qui sommeille sous le coude des plus vertueux de nos parlementaires. [...]

La radicalisation du mal et l’obscurcissement du bien sont ainsi, en définitive, ce qui empêche sans doute de penser et le bien et le mal dans leur expression ordinaire, leur application simple, ou la transgression des règles communes du vivre-ensemble. [...] C’est ce qui amène mon ami Marcel Gauchet, en réfléchissant au fonctionnement déréglé de ces valeurs, à soutenir que «la fracture sociale se double d’une fracture morale» [...]. Entre ce qu’il appelle «un mal mythique et un bien introuvable», ne faut-il pas, tout simplement, revenir aux données de base les plus élémentaires, mais fondamentales ?"

Publié dans chouanbourguignon

Commenter cet article