Les propos chocs d'Aznar

Publié le par Chouan Bourguignon

L'ancien chef du gouvernement espagnol, José Maria Aznar, a défendu le pape Benoît XVI après ses propos controversés sur l'islam et s'est demandé pourquoi l'Occident devait toujours "demander pardon" alors que le monde musulman "ne le fait jamais".

"Quelle est la raison pour laquelle nous devons toujours demander pardon et eux jamais ?", s'est interrogé vendredi Aznar lors d'une conférence en anglais à l'institut Hudson de Washington et dont les propos ont été rapportés samedi par des médias espagnols. "Il est intéressant de noter que quand beaucoup de personnes dans le monde ont demandé au pape qu'il s'excuse pour sa conférence, moi je n'ai jamais entendu un musulman présenter ses excuses pour avoir conquis l'Espagne et l'avoir occupée pendant huit siècles", a assuré le président du gouvernement espagnol de 1996 à 2004.

"Mois, je soutiens Fernando et Isabelle", a plaisanté le président d'honneur du grand parti de la droite espagnole, le Parti populaire (PP, opposition), en référence aux rois catholiques qui ont achevé la reconquête de la péninsule ibérique en 1492 avec la prise de Grenade (Andalousie, sud).

José Maria Aznar s'est par ailleurs montré convaincu, lors de cette conférence qui traitait des "menaces globales", que "nous (vivions) en temps de guerre". "Ce sont eux ou nous. L'Occident n'a pas attaqué l'islam, ce sont eux qui nous ont attaqués". "Je n'ai aucun doute sur le fait que nous devons faire face à un islam ambitieux, un islam radical, qui influence le monde musulman, un islam fondamentaliste qu'il faut affronter parce que nous n'avons pas le choix. Nous sommes constamment attaqués et nous devons nous défendre", a-t-il poursuivi.

Aznar a également estimé que "l'Alliance des Civilisations (défendue par l'Espagne et la turquie avec le soutien des Nations unies pour rapprocher l'Occident et le monde musulman, ndlr) est une stupidité". "Le dialogue, c'est autre chose. En politique, c'est indispensable, positif"

Publié dans chouanbourguignon

Commenter cet article