40% des femmes auraient recours à l'avortement

Publié le par Chouan Bourguignon

Triste constat pour la Journée mondiale de la contraception ce samedi: en France, les avortements ne diminuent pas. Près d'une femme sur deux y a recours une fois dans sa vie.

L’infirmerie est un excellent poste d’observation sur la sexualité adolescente. Dans son collège de Clermont-L’Hérault, Sandie Cariat, infirmière scolaire et secrétaire académique du syndicat SNICS-FSU, accueille des gamines de troisième un peu déboussolées, qui s’échangent des pilules dans le dos des médecins et donnent des conseils absurdes à leurs camarades de classe. "Il y a encore beaucoup d’efforts à faire en matière de contraception. Quoi qu’on dise, la sexualité reste un tabou. Les filles ne veulent pas en parler avec leurs parents. Elles sont souvent très ignorantes et démunies au moment des premières relations sexuelles."

Remboursement d’une pilule de troisième génération, nouvelle pilule à base d’œstrogènes naturels, nouveau contraceptif d’urgence : la troisième Journée mondiale de la contraception, qui clôturait hier un mois de septembre riche en innovations, est néanmoins l’occasion de rappeler un triste paradoxe : alors que la France est l’un des pays où l’utilisation de la contraception est la plus répandue, le recours à l’avortement reste stable depuis quinze ans. Quelque 200.000 interruptions volontaires de grossesse sont ainsi pratiquées chaque année. On estime que près de 40 % des femmes y auront recours dans leur vie. Chez les jeunes femmes de 15 à 19 ans, principales cibles de cette journée mondiale*, le taux d’IVG a tendance à augmenter. "Un avortement est toujours traumatisant pour une femme, mais chez une adolescente, c’est un moment très délicat qui peut affecter le moral et les résultats scolaires", se désole l’infirmière scolaire Sandie Cariat. Il n’est pas rare que les collégiennes ou lycéennes refusent de dévoiler leur début de grossesse à leurs parents. Dans ce cas, l’infirmière les met en relation avec une conseillère du Planning familial, qui les accompagne à l’hôpital. "Vous imaginez leur détresse ?"


Comment faire progresser l’efficacité de la contraception chez les jeunes ? Les professionnels donnent plusieurs pistes. Les infirmières scolaires réclament l’autorisation de délivrer le nouveau contraceptif d’urgence, EllaOne, efficace jusqu’à cinq jours après un rapport à risque. "Chaque début de semaine, je reçois des élèves mortes de trouille qui viennent me réclamer la pilule du lendemain après des rapports non protégés le vendredi soir. Mais si elles tardent à passer nous voir, le Norlevo perd de son efficacité", témoigne encore Sandie Cariat. Le mouvement du Planning familial plaide, de son côté, pour que la nouvelle pilule, qui devrait être disponible en France fin 2009 début 2010, soit délivrée sans ordonnance, remboursée par la Sécurité sociale et gratuite pour les mineures, ce qui n’est pas prévu pour le moment.


Autre chantier sur lequel les professionnels de la santé mettent l’accent : l’éducation à la sexualité. Il faut améliorer la formation insuffisante des médecins, généralistes en tête, dans un contexte de pénurie de gynécologues, et leur apprendre à mieux écouter les patientes, réclame en substance le généraliste et écrivain Martin Winckler (voir notre interview). "Martin Winckler a une position trop radicale. Les gynécologues sont à l’écoute des femmes. Mais la bataille pour la contraception n’est pas gagnée. Je vois en consultation des tas d’étudiantes qui ne peuvent pas débourser 200 euros par an pour une pillule. C’est terrible de voir les pouvoirs publics négliger cette médecine féminine", rétorque le docteur Elisabeth Paganelli, du Syndicat national des obstétriciens de France. Cette gynécologue qui exerce à Tours estime qu’il est urgent que "les femmes se mobilisent pour faire avancer leurs droits".


* Le site d’informations www.choisirsacontraception.fr fournit des informations et conseils aux jeunes sur la contraception et la sexualité.

http://www.lejdd.fr/Societe/Sante/Actualite/Pourquoi-les-IVG-ne-baissent-pas-en-France-137020/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

saintpierre 26/12/2010 19:23



La CITE CATHOLIQUE : Coïncidence troublante ou résurgence terrifiante?


 


Les lecteurs de notre blog connaissent bien le site de la CITE CATHOLIQUE


http://www.cite-catholique.org que nous avons déjà plusieurs fois épinglé


sur nos pages.


 


Ce que nos lecteurs ignorent, et que nous savions sans preuve évidente,


c'est l'ensemble des liens probables de ce site avec une forme d'extrémisme


catholique qui constitue une véritable "pieuvre noire", véritablement


satanique, bénie et encouragée par les plus hautes instances de la


catholicité romaine ennemie acharnée de la démocratie, des principes


républicains et des lois qui en découlent, de la laïcité... et bien sûr de


la Franc-Maçonnerie de Tradition, apparue vers 1720, héritière des Lumières


autant que de l'enseignement des écoles chrétiennes.


 


D'abord un peu d'histoire : "La Cité Catholique", désormais dénommé "ICHTUS"


après s'être paré d'autres noms, est un mouvement, né avant la seconde


guerre mondiale, dans l'esprit d'un nommé Jean OUSSET très inspiré par


Maurras et la pensée réactionnaire de l'église romaine incarnée, notamment


dans les temps d'après guerre, par un prêtre d'origine espagnole qui fut


conseiller politique proche des pires dictateurs de l'Amérique latine. Le


but de cette association est "l'infiltration religieuse et politique des


élites du pays afin de faire advenir "la doctrine sociale de l'église" ainsi


que le règne du "Christ-roi". Christ qui a pourtant dit "que mon royaume


n'est pas de ce monde"? Voire même la défense de l'occident chrétien ou le


rétablissement de la monarchie dont les ridicules pantins s'agitent à la


conquête du Trône de France.


 


Mais derrière ce qui pourrait être une noble ambition on voit se profiler la


lutte acharnée menée contre l'humanisme, le modernisme et le progrès social


par l'église romaine, sous couvert d'une doctrine sociale qui recommande aux


pauvres de le rester et de remercier les riches, placés là par volonté


divine, de leur charité (sic). Combat mené sous la houlette de ses papes


depuis au moins Léon XIII en passant par PXII et aujourd'hui Benoît XVI.


 


Jean Ousset semble s'étre inspiré pour cette infiltration des théories


marxistes de petits groupes autonomes, organisés en cellules autour de


responsables politiques et religieux, pensants et agissants dans le terreau


local à partir d'enseignements tirés des exercices d'Ignace de Loyola. En


cela rien que de plus classique et de moins répréhensible...


 


Sauf que ces groupes ont tissé des réseaux qui constituent aujourd'hui une


véritable internationale réactionnaire. Ces réseaux sont actuellement


répandus dans tous les secteurs de la vie nationale politiques, économiques,


sociaux, militaires, juridiques, éducatifs... Même l'humanitaire n'échappe


pas à leur infiltration. Leurs théories sont, ainsi qu'en témoigne une


grande journaliste française titrée du grand prix Albert Londres, à


l'origine d'une part, de dérives graves, extrêmes droitières en


contradiction absolue, osons-nous écrire "démoniaques", avec la loi d'Amour


du Christianisme, et, d'autre part, d'une théorisation de la terreur


physique et psychologique, de la torture comme moyens d'imposer les vues


sectaires de la Cité Catholiques et derrière elles de l'église romaine.


Dérives et théories dont on a vu où elles conduisent à travers les sinistres


"escadrons de la mort", la pratique de la torture et les menées


antidémocratiques dont certains partis et groupuscules ne sont que le


paravent... Ainsi peut-on se poser beaucoup de questions quant à la


neutralité des juges et autres fonctionnaires de stricte obédience


catholique romaine à l'égard de leurs compères de la même mouvance?


 


Mais interrogeront avec juste raison nos lecteurs "quel rapport avec le site


de la Cité Catholique que vous épinglez sur vos colonnes?".


 


Eh bien il nous apparaît que ce forum, très verrouillé, véhicule, sous


couverture bien pensante, précisément toutes les thèses opposées à l'esprit


d'ouverture de Vatican II..., royalistes, catholiques radicales, voire


fascisantes sur fond de défense de la foi, de promotion du règne du


Christ-Roi et de la doctrine sociale de l'église romaine, de la primauté sur


le monde de l'occident catholique.


 




mba dissertation 10/10/2009 08:52


Blogs are so informative where we get lots of information on any topic. Nice job keep it up!!
_________________

mba dissertation