Les climatologues prévoyaient un effrayant refroidissement

Publié le par Chouan Bourguignon

Minute s'est amusé à fouiller le passé :

"Ouvrons «Newsweek» d’avril 1975:

«Des signes de mauvais augure montrent que les tendances météorologiques ont commencé à changer brutalement et que ces changements présagent une diminution radicale de la production alimentaire, avec de sérieuses implications politiques pour toutes les nations de la planète […] Le fait central est qu’après trois quarts de siècle de conditions extraordinairement douces, le climat de la terre semble se refroidir

S En cette année 1975, [...] [l]e fondateur de Climat Change, Stephen Schneider, déclarait doctement:

«Nos calculs suggèrent un refroidissement global jusqu’à 3,5°C. Une telle baisse de la température moyenne terrestre, si elle se poursuivait sur quelques années, suffirait à déclencher un nouvel âge glaciaire

La très sérieuse Académie des Sciences américaine confirme:

«Le climat présente actuellement des symptômes alarmants. Il y a tout lieu de craindre que la Terre subira un refroidissement dramatique de ses températures au cours des cent prochaines années

Lowell Ponte publiait en 1976 un ouvrage intitulé Le Refroidissement dont voici quelques prévisions pertinentes:

«Si la tendance actuelle continue, la planète va se refroidir de 4 degrés en 1990 et de 11 degrés en 2000. C’est à peu près le double de ce qui nous conduirait à une ère glaciaire […]. Le refroidissement actuel a déjà tué des centaines de milliers de personnes. S’il continue, et si personne ne prend des mesures énergiques, il provoquera une famine mondiale, un chaos généralisé et même une nouvelle guerre mondiale. Tout cela pourrait survenir avant l’an 2000.»

On nous servait donc les mêmes scénarios catastrophiques avec les mêmes arguments:

«Le refroidissement continuel et rapide de la terre depuis la Seconde Guerre mondiale est en rapport avec l’augmentation de la pollution de l’air associée à l’industrialisation, à la mécanisation, à l’urbanisation et à l’explosion de la population

Ils sont réutilisés aujourd’hui dans un sens diamétralement opposé. L’Académie des Sciences américaines est désormais un ardent défenseur du réchauffement planétaire causé par les émissions humaines de gaz carbonique. Stephen Schneider était l’auteur principal du rapport 2001 du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur le climat) qui concluait à un réchauffement probable de 4 degrés d’ici à 2100. Nous lui laisserons provisoirement le mot de la fin, car il éclaire tout ce catastrophisme d’une lumière troublante:

«Pour capturer l’imagination de la population, déclarait-il en 1989, nous devons présenter des scénarios effrayants, proférer des affirmations simplistes et catastrophiques sans prêter attention aux doutes que nous pourrions avoir. Chacun d’entre nous doit choisir entre l’efficacité et l’honnêteté.»


http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2009/09/les-climatologues-pr%C3%A9voyaient-un-effrayant-refroidissement.html#comments

Commenter cet article